Stage "Peindre pour son enfant"

Lune d'Yvan
Lune d'Yvan

Dès la vie prénatale, il n'est pas rare de percevoir des signes quant à l'incarnation de l'enfant qui nous arrive. Beaucoup de mères racontent des observations troublantes directement en lien avec leur prochaine grossesse et des perceptions peuvent aussi être reçues par le futur père. Lors de la grossesse, on peut faire des rêves qui nous relient au bébé qui va naître, ou être intimement persuadée de certains éléments le concernant. Le père ou la mère peut être particulièrement touché ou attiré par des éléments de la nature qui nous entoure. Lorsque l'enfant paraît, on peut ressentir des choses fortes et particulières, directement liées à lui, à sa personne unique. En partageant sa vie avec son enfant, on peut alors faire sa connaissance, l'observer, lui découvrir des caractéristiques précises, des singularités. En partageant sa vie avec son enfant, on tisse notre relation avec lui.

L'expérience « Peindre pour son enfant » est un voyage que l'on entreprend pour faire de tous ces vécus intimes une création artistique. C'est un voyage qui permet de laisser une empreinte, de marquer une trace quant à la perception de ce petit individu et au lien que nous avons avec lui.

Cours en test pour l'instant !  avec des mamans cobayes :)


La formule à venir : stage court sur un weekend pour accompagnement à la création artistique en groupe (3 à 5 personnes maximum) avec entretien individuel au préalable. Les médiums de la création sont l'écriture en premier lieu puis la peinture à l'aquarelle.


Fondements de la démarche


Tradition

On pourrait se demander de quels « signes » il s'agit là. Des signes précurseurs quant à une grossesse non encore avérée ? Des signes, dans l'univers qui nous entoure, si vaste, concernant un individu ? Troublant mais très vraisemblable, de tout temps, dans les tribus on percevait et reconnaissait des signes quant à l'arrivée d'un enfant. Nombreuses sont les traditions dans lesquelles nous pouvons retrouver des fondements de telles observations.

Nous pouvons même nous pencher sur une histoire très connue, celle de la naissance de Jésus Christ. Les rois mages ont su qu'un enfant allait naître, puis était né, en observant les étoiles...

Mon expérience artistique avec les enfants

En tant que professeur

Le métier de professeur Waldorf est le plus riche que je connaisse. On est amené à inventer ses propres histoires, à dessiner, à peindre, à écrire des poèmes, de façon régulière et intensive. C'est ce qui constitue l'essence de notre contenu en classe. On se remplit aussi littéralement de comptines, de chants, de contes, d'histoires, on lit, on cherche, on apprend par coeur, on est imprégné de contenus artistiques. On peut avoir certaines facilités, mais dans tous les cas on travaille constamment ces aspects créatifs que l'on porte en nous. En tant que professeur de classe, j'ai pu écrire pour chacun de mes élèves un verset, chaque année (poème métaphorique quant à l'image que l'on perçoit de l'enfant, dans lequel il peut trouver des ressources pour évoluer). J'ai pu écrire des poèmes sur les saisons ou autres temps forts de l'année, ainsi qu'une pièce de théâtre sur mesure pour la classe, que j'ai mise en scène et qu'ils ont représentée devant une salle comble. Ainsi à travers ce métier, j'ai expérimenté la création artistique en lien direct avec un ou des enfants.

En tant que professeur Waldorf, nous sommes aussi amenés à faire des portraits d'enfants. S'il y a une difficulté, alors l'ensemble des professeurs se rassemble autour de l'enfant, par la pensée, lors des réunions où une description globale de l'être est développée, en plusieurs séances et sur tous les aspects de l'enfant (physique, social...). Ce travail opère une action forte, et l'on voit souvent l'enfant, plus ou moins subtilement, devenir plus lui-même. Un sourire, un regard peut devenir plus rayonnant. Et surtout l'on devient soi-même aussi plus ouvert à la perception de l'enfant.

Expériences fortes en lien avec mes enfants

Quatre ans avant la naissance de ma fille, j'ai perçu une image d'elle lors d'une observation méditative de la rose sauvage. Un visage rond de petit enfant, de petite fille m'est apparu alors que je visualisais intérieurement un beau buisson de roses.

Au milieu de ma première grossesse, cela m'a tout à coup paru évident. J'étais persuadée d'attendre une fille, ayant fait un rêve significatif. Puis le lien s'est fait avec cette apparition du visage avec le rosier. L'enfant que j'attendais était une fille bien sûr, et elle s'appelait Rose.

Avant la naissance, j'ai eu la chance de lui écrire une histoire. Son histoire, celle de son arrivée jusqu'à nous. Cette grande révélation de son prénom, avec d'autres éléments, ont été remaniés et mis en forme pour ce cadeau qui lui appartient, qui vient révéler et conforter son identité, des élements significatifs de son être profond.

Pour Yvan, ce fut autre chose. J'étais tout juste enceinte, sans le savoir encore. Avec Léo, nous étions en vacances à la mer. Nous buvions un verre au bistrot de la plage, quasiment sur le sable. Là, nous avons assisté à un spectacle des plus fascinants : le fin croissant de lune, Vénus au-dessus de lui, est lentement venu se déposer dans la mer. C'est alors que je vis en ce croissant un berceau et imaginai parfaitement un petit enfant qui y serait couché. Alors j'en étais sûre : j'étais enceinte. Et le croissant de lune, s'approchant toujours plus de l'eau, finit par disparaître, enflammé de pourpre.

Plus tard pendant la grossesse et dans la petite enfance d'Yvan, chaque fois qu'il y a eu un évènement significatif (prise de conscience ou autre chose de plus "physique" pour lui), cela ne ratait jamais. Dehors, dans le ciel étoilé, c'était le croissant d'Yvan qui brillait.

Je me dois d'ajouter qu'Yvan est né avec des cheveux argentés, couleur de lune...

Cette expérience m'a conférée une inspiration sans précédent. La lune et la mer sont devenus des motifs récurrents dans mon travail, d'une part. Et d'autre part, pour Yvan ce sont des peintures, faites de manière spontanée, sans retouche, qui nous lient dans un geste artistique et créatif.

Naissance de l'idée

Une révélation arriva lorsque, un soir, alors que les relations avec Rose étaient plutôt conflictuelles, je peignais. Dans le motif apparu, ce fut net : Rose s'invitait dans ma peinture. Je savais que la peinture pouvait permettre de se lier. Mais dans ce cas, si criant, je réalisai qu'on peut se lier à son enfant. C'est lors de cette soirée qu'est née l'idée de peindre pour son enfant.

La création artistique

Dans le cours « Peindre pour son enfant », le mouvement s'initie avec le souvenir des perceptions, avec une pensée et un sentiment en lien avec l'enfant. L'idée n'est pas là de déverser ni remuer des aspects trop émotionnels du lien à l'enfant. Ce cours n'a aucun caractère thérapeutique. C'est, comme dans les expériences relatées plus haut, percevoir l'enfant dans les signes que présentent le monde extérieur et notre vie intérieure. Ce travail préalable aura permis de d'élaborer une ou plusieurs images.

C'est le médium de la création artistique qui va être ensuite prépondérant. Par l'écriture et la peinture (aquarelle). On pourra alors créer une trace : quant à l'enfant lui-même, et de l'expression du lien à l'enfant. Par une phase d'écriture, suite à un premier entretien, on aura pu se replonger dans les éléments liés à l'enfant, s'en imprégner. On pourra ensuite dégager, selon, des couleurs, des motifs, des symboles, des paysages, des éléments... C'est quasi illimité, aussi vaste qu'il y a d'enfants sur terre ! Avec ces ressources infiniment précieuses, il sera alors temps de créer...

Effets positifs

Utiliser les éléments, les images qui nous touchent et les travailler de manière artistique, c'est un véritable cadeau que l'on peut faire à son enfant et à soi-même. Et peut-être alors, on pourra  percevoir à nouveau ou de façon inédite quelque chose de fort qui a trait à l'identité même de l'enfant. Cette essence qui trop souvent peut être maltraitée, abîmée ou cachée, face aux circonstances de notre vie dans cette société hostile à l'âme et particulièrement à l'âme enfantine, si fragile et si facilement durcie.

La création artistique est un bienfait dont on devrait user et abuser !