Les madones sont nées

Il y a quelque temps j’écrivais pour annoncer des madones à naître. Il m’a fallu encore un certain nombre d’heures de travail pour chacun des tableaux en cours. Pourtant hier, j’ai terminé les deux! 

Il y avait d’abord la madone bleue. Faite sur le même principe que la madone rose, j’avais envie de me plonger dans du bleu obscur. Au cours des heures en tête à tête avec elle, différents enfants sont apparus, puis sont repartis. Lorsque j’ai cru le tenir cet enfant, il ressemblait à la gravure de Cosette qui illustre le tome I des Misérables! Il y avait comme une chevelure de petite fille qui flottait. Mais il semblait que j’étais la seule à la voir... Ensuite il n’y avait plus d’enfant mais la lune ou la terre dans ses bras! Car la femme me faisait penser à une divinité, à Vénus... Alors la forme sur son bras ne s’est pas précisée. Elle reste libre à l’imagination de regard... Et pour moi désormais ce n’est pas la madone bleue, mais bien Vénus!

Et puis, il y avait la madone sur toile, avec un personnage très formé et des couleurs que je n’arrivais plus à harmoniser. Elle est restée un petit moment de côté mais je sentais bien qu’il fallait simplifier ma composition, comme souvent. Unifier plutôt que multiplier. Alors j’ai unifié, en retravaillant la couleur et le rendu m’a vraiment plu, j’ai eu l’impression d’un effet à la Redon! En superposant du blanc crémeux je pouvais garder la richesse de teintes en dessous et créer une sorte d’aplat riche en nuances... Ce tableau m’a vraiment appris quelque chose et sorti du carcan de ma « touche » habituelle.