Le soulèvement des mères

C'était pendant le confinement. Avec tout ce qui se remuait au sujet de notre monde actuel. Celui qui s'arrêtait, pour nous laisser un répit inespéré.

On a regardé un film de Ken Loach, "Sorry, we missed you!". Film bouleversant de réalité. Celle à laquelle on ne pense pas quand on se fait livrer un colis... Vous verrez par vous-mêmes, je le recommande vivement. Et il y a cette scène où la mère de famille arrache le téléphone de l'oreille de son mari, au moment où le chef de ce dernier lui propose un échéancier pour rembourser "l'outil intelligent" qui lui permet de livrer ses colis, qui a été détruit lorsqu'il s'est fait agresser. Elle envoie le boss de son mari sur les roses, avec une telle spontanéité pleine de force, c'est un moment jouissif! Et voyant cela, Léo ajoute qu'en effet, ce serait bien les femmes qui pourraient prendre ce pouvoir, qui sort des tripes, plein d'une puissance insoupçonnée, pour ne pas voir leur famille entière se faire détruire par le système odieux de travail qui se met en place aujourd'hui.

Et puis, devant mon espace de travail, je pense à ce film. A cette scène, à cette remarque. Je pense au soulèvement des mères.

J'en fais partie. Des mères. J'angoisse parfois à l'idée du monde dans lequel vont évoluer mes enfants. J'angoisse surtout en pensant au monde dans lequel ils évoluent maintenant, et dont, grâce à nos choix de vie, on tâche de les préserver au maximum. Je voudrais pouvoir faire tellement plus!

En tout cas, je me suis mise à peindre. J'imaginais une foule. Une foule de femmes, avec des petits enfants, il y en avait de toutes les couleurs. La flamme de l'espoir, de la lutte et du changement à venir, nécessaire, indispensable,  s'est manifestée sur le papier... Résultat, un champ de fleurs!! un soleil ardent, une saint Jean en plein mois de mai!

Et puis un autre soir, je regarde la peinture en réfléchissant à mon titre... Et ça me tombe dessus, c'est pourtant clair.

IT TAKES SO MUCH LOVE TO MAKE A REVOLUTION !!!

C'est bien le soulèvement des mères, mais pas style barricades et coups de feu. Non. Du soin, du temps, de la lumière à travers la connaissance de ce qu'est et de ce que nécessite un enfant, des fleurs, pour la beauté du monde qui les entoure, de la présence, plutôt que cette course effrénée constante.

I'll give all my love to make that revolution.

Chers parents et autres humains, bonne réflexion. Bonne contemplation.